J'ai assisté à la démo de Iko Itsuki, une japonaise qui vit à Rome depuis 30 ans. Voici 2 de se oeuvres trouvées sur le net :

iko_itsukiiko_itsuki2

Ce week-end elle nous a montré comment utiliser ses couleurs métalliques, qui viennent du Japon (ainsi que son médium), sur de la porcelaine noire. En fait, je n'ai pas vu de différence avec nos propres couleurs métalliques et je n'ai pas vu non plus de différence d'utilisation. Sur le noir le rendu est très beau :

Iko_Itsuki_M_tallique_sur_porcelaine_noire

Tout d'abord, elle sertit à la plume puis dépose au pinceau de la couleur, la putoise et cuit entre 700° et 800°. Puis, elle repasse une couche et recuit.

La démo de Tatiana Dallest Agoritsas, La farandole des canards :

Elle prépare ses couleurs à l'essence grasse et aspic de façon traditionnelle. Elle nous a tout d'abord expliqué comment superposer plusieurs couleurs en utilisant le vernis de réserve

tatiana_la_farandole_des_canards4

c'est à dire, poser une 1ere couche de couleur, cuire, dessiner des motifs et les réserver avec le vernis, poser une 2eme couche de la même couleur ou d'une autre plus foncée, recuire et ainsi de suite.

Elle a ensuite peint un canard en commençant par les plumes de derriere et en terminant par la tête

tatiana_la_farandole_des_canards3

Pour son canard, elle a utilisé 7 couleurs : jaune joncquille, brun bois, brun chataigne, gris argenté, blanc pastellisé, brun noisette, et noir. Pour les plumes elle prend 3 couleurs sur le même pinceau et forme ainsi ses dégradés d'un seul coup.

C'était une démo qui s'adressait plutôt aux débutantes.

Ensuite j'ai assisté à la démo de Catherine Bergoin sur les cadmiums, une petite révision de temps en temps, ça peut pas faire de mal !!!

Catherine_bergoin__Lyon_2011

Elle nous d'abord rappelé les précautions liées à l'utilisation dees cadmiums :

  • ne pas mélanger des couleurs cadmium aux couleurs non cadmium
  • le carreau de préparation ne doit pas être fendillé, et bien le nettoyer à l'alcool
  • bien nettoyer la spatule sans oublier le tranchant
  • ranger les pinceaux pour les couleurs cadmiums à part
  • utiliser un pot de térébenthine réservé au cadmium
  • les rouges, jaunes et oranges se mélangent entre eux en toute proportion
  • les couleurs éclaircissent en cuisant donc ne pas poser une couche trop fine
  • le médium peut être aussi bien l'essence grasse que le MX. Pas l'huile mole, car la couche de peinture déposé serait trop fine.
  • cuisson 850° pour un usage alimentaire

 Elle a peint quelques cerises, voici une assiette terminée :

Catherine_bergoin__Lyon_2011_cerises

Pour éviter que le rouge cadmium touche le vert non cadmium elle trace un léger trait noir pour les séparer. Pour faire une tige verte qui passe sur une cerise déjà peinte, elle utilise le vert cadmium. Ce vert est un peu faux, assez fluo et on ne peut donc pas l'utiliser pour les feuilles mais il est très bien pour les queues des cerises, les sépales ds fraises...Le vert cadmium et le vert non cadmium peuvent se toucher. Pour ombrer le rouge elle utilise du noir en couche très fine car trop épais il recouvrirait le rouge. On peut mettre du noir sur le rouge mais pas l'inverse, le rouge n'accroche pas sur le noir.

Elle nous a ensuite parlé de son pourpre de rose qui est une nouvelle couleur qui ne contient pas d'argent et qui se mélange donc au rouge cadmium et aussi à toutes les couleurs. Le mélange rouge/ pourpre donne de nouvelles couleurs qui lui ont permis de faire cela :

Catherine_bergoin__Lyon_2011_papillon_pourpre_de_rose

Le blanc de cadmium se mélange très bien au jaune et au vert cadmium mais moins bien avec le rouge. S' il y a trop de blanc le résultat risque d'être grisé. Avec le pourpre de rose on obtient un rose pale qui peut toucher le rouge.

J'avais justement commandé du blanc cadmium que j'ai récupéré sur le stand de C. Bergoin ce week end (pour éviter les frais de port), je vais donc pouvoir faire des essais. Malheureusement je n'avais pas commandé le pourpre de rose, snif snif !!! Il va me falloir attendre une prochaine commande...

 La démo de Lars Hannemann, Imari :

lars_Hannemann_lyon_2011

Il utilise un poncif pour reproduire son motif plutôt que le carbone pour éviter que le gras du carbone ou du crayon accroche avec le médium. Il prépare la couleur noire au Médium 179 pour faire le serti. Il utilise la plume la plus dure , la zebra.

Lars_hannemann__lyon_2011___imariLars_Hannemann_lyon_2011_imari2

Pour remplir les petites zones il prépare sa couleur à l'essence grasse avec girofle et aspic et utilise un pinceau fin qu'il trempe d'abord dans l'essence grasse, tapote l'exces sur le carreau, puis trempe le pinceau dans l'essence de girofle et tapote encore. Le geste doit être régulier pour éviter les coups de pinceau.

Et voilà, c'est tout pour ce salon. Le prochain aura lieu à Martigues...à suivre